Eco-quartier Vauban à Freiburg (Fribourg), Allemagne

DSC01134

Quartier Vauban :

5000 habitants

600 emplois

40 hectares.

Idéologie commune : écologie, autogestion, partage, engagement social.

Situé au sud de Freiburg, à 5 minutes en Tram du centre ville, la zone qui accueille aujourd’hui le projet d’éco-quartier, accueillait jusqu’en 1992 la caserne Vauban construite en 1936et occupée après la seconde guerre mondiale par les forces françaises. En août 1992, les militaires libèrent cet espace posant la question de son devenir. La ville de Freiburg avait prévu la destruction des bâtiments mais un groupe d’activistes composés principalement d’étudiants décidèrent d’occuper illégalement les lieux en opposition à la spéculation immobilière avec comme projet de créer un lieu autogéré offrant l’accès au logement aux personnes à faible ressource. C’est ainsi que nait le collectif SUSI, une organisation indépendante.

DSC01126

SUSI milite en faveur de la préservation des casernes et propose un projet de reconversion des bâtiments en espace de vie dans une démarche que l’on nomme aujourd’hui développement durable et habitats groupés.

En 1996, après occupation et de nombreuses discutions avec les politiques, la ville de Freiburg accepte finalement le projet et commence alors la reconversion des douze anciens bâtiments de la caserne en logements. Quatre bâtiments sont affectés au collectif SUSI. Six autres accueillent 600 logements étudiants. Les deux autres servent pour accueillir des activités professionnelles et lieux publics dont un transformé en maison de quartier et centre socio-culturel accueillant des associations locales.

Sur les terrains restant à disposition la ville construit au fur et à mesure de nouveaux bâtiments. Chaque projet est de plus en plus innovateur dans le domaine de la construction écologique. Le projet le plus surprenant est celui qui se situe à l’est du quartier où un ensemble d’immeubles à énergie positive sont construits suivant des règles très strictes en terme d’isolation, ils produisent ainsi plus d’énergie qu’ils en consomment, les toitures étant entièrement recouvertes de panneaux solaires.

Le collectif SUSI reste encore aujourd’hui très actif, militant pour des causes sociales :

«  Nous voulons aider les personnes touchées par des problèmes de drogues et des sans abris à se réinsérer. Nous voulons un monde meilleur basé sur des principes de coopération et un futur sans exploitation humaine et sans la destruction de notre environnent. »

SUSI a garder son esprit de lieux auto-gérés et expérimentaux. Où entre les bâtiments on trouve différentes formes d’habitations légères, auto-construites avec des matériaux de récupération. Plus de 200 personnes habitent se collectif.

Voici quelques photos du collectif SUSI :

Zone autogéré et auto construite :

DSC01130

DSC01123DSC01120DSC01036DSC01039DSC01034

DSC01028DSC01032

Les bâtiments de l’ancienne caserne :

DSC01118DSC01119DSC01117

Le centre social :

DSC01099Les nouveaux quartiers :

imagesBWIEJBLRDSC01145DSC01065DSC01056

La zone étudiante :

DSC01053Vues générales des autres quartiers :

DSC01109DSC01102DSC01085DSC01073

DSC01087DSC01071

Dans les bâtiments les espaces sont pensés de façon plus collective, les espaces privés étant réduit afin d’offrir des lieux communs tel que salon, buanderie, terrasses, lieux de rangements, jardins collectifs…

DSC01114

Afin de gagner de l’espace au profit des habitations et des espaces publics, les places de parking ou garages privés sont possibles que pour 25 % des logements, situés à la marge du quartier. Pour les autres logements, deux parkings-silos sont construits aux entrées du quartier. Ainsi, la circulation au sein du quartier n’est plus une nécessité, ce qui permet de convertir les voies de circulation automobiles en rues réservées au jeu, où les enfants peuvent en effet jouer en toute liberté, les voitures n’ayant pas la priorité et ne devant pas dépasser une vitesse de 5 km/h.

Plan du quartier :

map

Aujourd’hui quand on visite Vauban, on est surpris par sa grandeur et par sa diversité (entre roulottes et bâtiments au top de l’innovation écologique). On sent un vent de liberté, on apprécie de voir les enfants jouer dans les espaces de jeux en bois au sein des différents quartiers, de voir les habitants circuler en vélo, de trouver des magasins de seconde main, de voir des balcons luxuriant et des jardins comestibles, de pouvoir se promener au bord du ruisseau, de sentir une explosion d’alternatives en tout genre. Au bar auto-géré par le collectif SUSI je rencontre Helana qui me raconte : « qu’à Vauban tu peux passer ta journée à faire du yoga passant d’un cours à l’autre, qu’ici il y a plein d’activités et thérapies en tout genre, d’initiatives socio-culturelles, humanitaires, que se côtoient militants acharnés et famille bobo-écolo »

DSC01077

Vauban, une initiative née d’une résistance d’utopistes qui est devenu aujourd’hui un exemple de développement durable connu de par le monde et une vraie réponse sociale et écologique soutenu par la politique de la ville. Un quartier comme on aimerai en voir fleurir dans chaque ville. Vauban continu d’inspirer par sa réussite de nombreux projets d’éco-quartiers.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Eco-quartier Vauban à Freiburg (Fribourg), Allemagne »

  1. Bonjour,
    J’ai bien aimé votre reportage et les très belles photos. Cependant, il me semble que la « vitrine » que vous décrivez est peut-être moins reluisante qu’il n’y paraît.
    Lorsque j’ai préparé mon émission « Visions de demain » sur l’habitat participatif avec Daniel Jaunas (https://www.youtube.com/watch?v=CrHM6a1g7yw), la revue Silence venait de sortir dans son numéro 416 d’octobre 2013 un article assez critique et intéressant sur le quartier Vauban. Critique dont d’autres médias s’étaient fait l’écho comme Bastamag en septembre 2011 (http://www.bastamag.net/Vauban-l-ecoquartier-du-futur). Si vous le souhaitez, je peux vous faire parvenir le pdf de l’article de Silence.
    Je trouve dommage de faire un reportage sur des aspects extérieurs positifs sans révéler la réalité. C’est un travers que je retrouve un peu trop souvent dans les articles sur les éco-lieux en général.
    Néanmoins merci pour ce beau travail.
    Kerilia

    • Bonjour Kerilia et merci pour les compléments d’informations que vous apportez à l’article par les liens mis dans votre commentaire. L’article de Bastamag décrit très bien Vauban et j’invite les lecteurs à le lire. Je suis d’accord avec vous que bien souvent les articles proposent que la face positif des éco-lieux, car il est parfois difficile de porter un jugement sur une réalité qui n’est peut-être pas partagée par l’ensemble de la communauté. Je suis preneuse de l’article de S!lence que vous pouvez m’envoyer en privé! Je m’efforce de porter un regard positif sur les initiatives que je visite sans y mettre de jugement personnel car j’ai vu trop de sites et blogs qui posent directement la critique et je trouve que c’est dommage en rapport à tout le travail que ces projets ont réalisé et les épreuves qu’ils ont du surmonter pour mener à bien une partie de leur rêve. Mais je confirme que la plupart des communautés et éco-lieux que j’ai visité ont tous des aspects que l’on peut qualifier de négatif et ils en sont conscients!!! Néanmoins ils essaient de les surmonter. N’oublions pas que ces lieux ne sont pas des lieux parfais même si l’objectif est de donner une réponse durable aux problématiques que le monde doit surmonter en ce moment. Ces lieux sont avant tout des expériences qui doivent faire face à différentes difficultés, challenges et choix plus ou moins en accord avec leur idéologie. Ces lieux restent des lieux en transition qui doivent faire face à une société qui va bien souvent dans une direction opposée à leur projet et est donc un obstacle. La transition impose parfois de faire des choix et de fonctionner de certaines manières qui ne correspondent pas toujours à l’éthique que le lieu s’était donnée en vu d’atteindre l’objectif final plus rapidement. Il y a parfois des choix contradictoires mais bien souvent les personnes investient dans ces projets essaient de faire au mieux et je peux vous l’assurez qu’ils se posent beaucoup de questions sur comment agir en étant le plus parfait possible!
      Merci pour ouvrir le débat et merci de dire que les photos sont belles car les ayant prises avec un appareil photo empreinté et sous la pluie je n’étais pas contente du résultat!
      Bravo pour vos recherches et si vous souhaitez partager des articles sur d’autres lieux sur ce blog vous êtes très bienvenu!

    • Bonjour je suis très intéressé par le PDF de l’article de la revue Silence, si vous pouviez me le faire parvenir. Merci

  2. Bonjour j aimerai savoir ci il serai possible de vivre avec vous et donner mon savoir je souhaiterai quitté cette vie de fou mais pour du mieux. Je suis plombier chauffagiste. Et fri goriste. J en ai marre de cette vie de dingue je suis de la ciotat. J ai 50 ans et veus tous plaquer. Il y a une place pour quelqu un comme moi. Cordialement ludowic tel 0751642672

    • Vous pouvez vous renseigner. Je ne vis pas au quartier Vauban. Si vous voulez changer de vie, vous êtes le seul acteur de votre existence donc faites ce que votre coeur vos dicte, mais sachez que la vie en collectif est une alternative et ce n’est pas non plus le paradis ! La société à ces challenges, les collectifs ont les leurs, certes avec des sujets qui peuvent avoir plus de sens pour vous mais cela reste du collectif où tout est à construire ensemble et non pas attendre que les changements viennent des autres ou de la société, et cela demande engagement, patience, écoute, acceptation, lâcher prise! Parfois, après des expériences de collectif, la société normale que vous avez quitter auparavant vous semble beaucoup plus simple que toutes ces prises de tête et investissements que les collectifs demandent!!!! Cependant, la société peut vous paraître ennuyeuse et sans direction durable! Tout cela pour vous dire qu’on s’engage dans un projet d’éco village parce qu’on a envie de construire un monde qui incarne des valeurs humaines et écologiques et qu’on veut montrer que cela est possible afin d’avoir un impact pour progressivement changer la société ! Bonne chance dans vos recherches, si vous êtes convaincu vous aller y arriver !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s