Eco-quartier Vauban à Freiburg (Fribourg), Allemagne

DSC01134

Quartier Vauban :

5000 habitants

600 emplois

40 hectares.

Idéologie commune : écologie, autogestion, partage, engagement social.

Situé au sud de Freiburg, à 5 minutes en Tram du centre ville, la zone qui accueille aujourd’hui le projet d’éco-quartier, accueillait jusqu’en 1992 la caserne Vauban construite en 1936et occupée après la seconde guerre mondiale par les forces françaises. En août 1992, les militaires libèrent cet espace posant la question de son devenir. La ville de Freiburg avait prévu la destruction des bâtiments mais un groupe d’activistes composés principalement d’étudiants décidèrent d’occuper illégalement les lieux en opposition à la spéculation immobilière avec comme projet de créer un lieu autogéré offrant l’accès au logement aux personnes à faible ressource. C’est ainsi que nait le collectif SUSI, une organisation indépendante.

DSC01126

SUSI milite en faveur de la préservation des casernes et propose un projet de reconversion des bâtiments en espace de vie dans une démarche que l’on nomme aujourd’hui développement durable et habitats groupés.

En 1996, après occupation et de nombreuses discutions avec les politiques, la ville de Freiburg accepte finalement le projet et commence alors la reconversion des douze anciens bâtiments de la caserne en logements. Quatre bâtiments sont affectés au collectif SUSI. Six autres accueillent 600 logements étudiants. Les deux autres servent pour accueillir des activités professionnelles et lieux publics dont un transformé en maison de quartier et centre socio-culturel accueillant des associations locales.

Sur les terrains restant à disposition la ville construit au fur et à mesure de nouveaux bâtiments. Chaque projet est de plus en plus innovateur dans le domaine de la construction écologique. Le projet le plus surprenant est celui qui se situe à l’est du quartier où un ensemble d’immeubles à énergie positive sont construits suivant des règles très strictes en terme d’isolation, ils produisent ainsi plus d’énergie qu’ils en consomment, les toitures étant entièrement recouvertes de panneaux solaires.

Le collectif SUSI reste encore aujourd’hui très actif, militant pour des causes sociales :

«  Nous voulons aider les personnes touchées par des problèmes de drogues et des sans abris à se réinsérer. Nous voulons un monde meilleur basé sur des principes de coopération et un futur sans exploitation humaine et sans la destruction de notre environnent. »

SUSI a garder son esprit de lieux auto-gérés et expérimentaux. Où entre les bâtiments on trouve différentes formes d’habitations légères, auto-construites avec des matériaux de récupération. Plus de 200 personnes habitent se collectif.

Voici quelques photos du collectif SUSI :

Zone autogéré et auto construite :

DSC01130

DSC01123DSC01120DSC01036DSC01039DSC01034

DSC01028DSC01032

Les bâtiments de l’ancienne caserne :

DSC01118DSC01119DSC01117

Le centre social :

DSC01099Les nouveaux quartiers :

imagesBWIEJBLRDSC01145DSC01065DSC01056

La zone étudiante :

DSC01053Vues générales des autres quartiers :

DSC01109DSC01102DSC01085DSC01073

DSC01087DSC01071

Dans les bâtiments les espaces sont pensés de façon plus collective, les espaces privés étant réduit afin d’offrir des lieux communs tel que salon, buanderie, terrasses, lieux de rangements, jardins collectifs…

DSC01114

Afin de gagner de l’espace au profit des habitations et des espaces publics, les places de parking ou garages privés sont possibles que pour 25 % des logements, situés à la marge du quartier. Pour les autres logements, deux parkings-silos sont construits aux entrées du quartier. Ainsi, la circulation au sein du quartier n’est plus une nécessité, ce qui permet de convertir les voies de circulation automobiles en rues réservées au jeu, où les enfants peuvent en effet jouer en toute liberté, les voitures n’ayant pas la priorité et ne devant pas dépasser une vitesse de 5 km/h.

Plan du quartier :

map

Aujourd’hui quand on visite Vauban, on est surpris par sa grandeur et par sa diversité (entre roulottes et bâtiments au top de l’innovation écologique). On sent un vent de liberté, on apprécie de voir les enfants jouer dans les espaces de jeux en bois au sein des différents quartiers, de voir les habitants circuler en vélo, de trouver des magasins de seconde main, de voir des balcons luxuriant et des jardins comestibles, de pouvoir se promener au bord du ruisseau, de sentir une explosion d’alternatives en tout genre. Au bar auto-géré par le collectif SUSI je rencontre Helana qui me raconte : « qu’à Vauban tu peux passer ta journée à faire du yoga passant d’un cours à l’autre, qu’ici il y a plein d’activités et thérapies en tout genre, d’initiatives socio-culturelles, humanitaires, que se côtoient militants acharnés et famille bobo-écolo »

DSC01077

Vauban, une initiative née d’une résistance d’utopistes qui est devenu aujourd’hui un exemple de développement durable connu de par le monde et une vraie réponse sociale et écologique soutenu par la politique de la ville. Un quartier comme on aimerai en voir fleurir dans chaque ville. Vauban continu d’inspirer par sa réussite de nombreux projets d’éco-quartiers.

Publicités

Projet d’éco hameau à Pongouin (28)

Le centre Amma de la ferme du Plessis est un ashram situé en région centre, à 3 heures de Paris, qui propose de suivre les enseignements spirituelles d’Amma, une gourou indienne qui délivre son Darham en prenant les personnes dans ces bras. J’ai visité ce lieux il y a quelques années et j’avais déjà été impressionner par l’ampleur du projet auquel se livrait les bénévoles, à travers la restauration des bâtiments historique, les projets écologiques par la création de jardin à la biodiversité ample, la maison des abeilles, l’expérimentation de diverses méthodes de cultures, l’organisation de retraites spirituelles et de divers cours.

L’organisation Amma s’articule autour de la vie spirituelle telle que l’enseigne Amma, l’écologie par l’association Greenfriends et l’action sociale. En effet, en Inde cette organisation est la plus grande ONG du continent Asiatique et à déjà aider de nombreuses populations en souffrance.

Il est question aujourd’hui de la création d’un Eco Hameau où les personnes pourront partager ensemble leurs valeurs!

Pour ceux à qui cela parle, voici ce que j’ai reçu.

Un écohameau de 24 maisons à 200m du Centre Amma.

Chers amis en Amma,

Un projet d’écohameau près du Centre Amma se murit depuis plusieurs années et il pourrait se concrétiser cette année. Amma a en effet donné son feu vert pour lancer ce grand projet après avoir encouragé 2 années de suite à acheter le terrain.

Ce grand terrain de 43 000 m² constructibles à 200 m de l’ashram pourrait bientôt abriter une maison séniors (pour plus de 20 personnes à la retraite) gérée par l’organisation d’Amma, ainsi que 24 maisons individuelles.

Ce peut être une étape très importante dans le développement du Centre Amma, et plus généralement des activités d’Amma en France. C’est une occasion de se rapprocher de Son ashram et de créer, sous sa bénédiction, un lieu modèle en France, sans doute le plus grand écohameau de notre pays.

Vous trouverez les détails de ce projet : http://www.etw-france.org/

Nous espérons lancer le permis d’aménager d’ici la fin de l’année. Il nous permettra de viabiliser ce grand terrain (routes, électricité, eau, téléphone, géomètre…). Chacun des habitants aura alors d’ici 1 an 1/2 une parcelle privée pour faire sa maison et sera membre de droit de l’association syndicale qui gèrera les grands espaces communs (potagers, vergers, plans d’eau, bâtiments communs…)
La participation initiale au projet est aujourd’hui estimée à 32 000 euros.
Une fois la viabilisation terminée, chacun construira ou fera construire sa maison sur sa parcelle, en respectant un cahier des charges axé sur l’écologie. Des mutualisations sont à l’étude pour ceux qui voudraient faire construire. Les premiers habitants pourraient emménager avant fin 2017.

Si vous êtes intéressés par en savoir plus pour participer à ce grand projet, merci d’envoyer vos coordonnées, vos questions et un courrier de motivation à Divyanand : mathieu.labonne@greenfriends-france.org.

Can Mas Deu, Barcelone, Espagne

can mas deu 1
Can Masdeu est un centre social occupé, une résidence et un potager communautaire dans le parc de Collserola, aux environs de Barcelone. C’était un ancien hôpital de lépreux qui fut abandonné pendant 53 ans. L’endroit fut connu en 2002, quand les occupants résistèrent à son délogement en s’enchaînant et en montant sur des trépieds. Pendant une opposition de 3 jours, la police fut incapable de déloger les occupants, ce qui mena à un procès. Après 3 ans, le procès fut gagné par les propriétaires mais aucun ordre de délogement fut émis depuis.
La majorité des dimanches, le centre social ouvre et entre 100 et 300 personnes viennent participer aux activités liées à l’écologie, l’activisme et l’autogestion.
Les potagers communautaire du lieu sont les plus grands de Barcelone!
can mas deu 2

Petite vidéo :

Site web :
http://www.canmasdeu.net/

Bon, puisque depuis un moment, je n’ai pas le temps de visiter des communautés, on va se contenter des dernières découvertes wed et de videos!!!

Les choux lents, St Germain au Mont d’Or, Lyon, France.

choux lens 1Saint Germain au Mont d’or

France

Idéologie commune : simplicité volontaire, écologie, méthodes de vivre ensemble basée sur la sociocratie et la CNV (Communication Non Violente).

Revenu : indépendant.

Créé en 2013, les Choux lents est un habitat groupé à orientation communauté intentionnelle très actif. Après l’échec de l’achat du logement dans la montée de Choulant (d’où le nom) à Lyon 5ème, les Choux Lents sont tout de suite repartis à la recherche d’un autre lieu pour enfin trouver cette maison dans les Monts d’Or Lyonnais. Formé principalement de trentenaire mais à visée intergénérationnelle, les Choux Lents est un groupe qui n’hésite pas à utiliser les outils sociocratiques et de la Communication Non Violente pour cheminer dans la co-création de leur lieu de vie et vivre pleinement cette réelle aventure humaine dans laquelle ils se sont lancer. Il malgrès leur nom les Choux Lents ont plutôt été rapide, comparer à d’autres groupes, à réussir dans la création de cet habitat groupé.

Voici leur texte de présentation.

« La SCI Les Choux Lents est propriétaire d’une maison de 300 m² habitable et de dépendances d’un potentiel de 500 m². Cette SCI est gérée par une association loi 1901.

Nous allons partager des chambres d’amis, une salle de jeu d’enfants, une grande salle polyvalente, un atelier, une buandreie, une cuisine commune, un salon, un jardin (la parcelle mesure 1500 m²), une flotte de véhicules, un micro-épicerie bio.

Sur les 240 m² de parties communes finales, plus de la moitié sont déjà fonctionnels, ce qui nous permet de vivre dès à présent notre habitat partagé, même en période de travaux (auto-éco-rénovation et appel à des professionnels).

choux lents 2

 Nos valeurs ont été formalisées dans une « recette » : simplicité, sobriété, écologie, faire ensemble, prise de décision en équivalence, partage des espaces et des tâches, liberté et indépendance, ouverture sur le village…

Nous nous retrouvons toutes les semaines à Lyon ou St Germain pour des réunions conviviales et efficaces, et travaillons en commissions pour un approfondissement thématique : travaux, accueil, juridique, financier, vivre ensemble.

 Nous sommes 4 foyers et nous en cherchons 3 autres.

Pour consulter le site : choux.lents@potager.org