Tamera, Portugal

Tamera, Healing Biotope. Portugal,Monte do Cerro.

170 personnes

330 hectares

Idéologies : amour libre, permaculture, acteur pour la paix.

Revenu : partagé.

L’éco village de Tamera situé dans le sud du Portugal entre Faro et Lisbonne a été créé par un groupe venant de la communauté de Zegg en Allemagne. Zegg a été fondé en 1978 et le projet de Tamera en 1995.

A l’origine de ces projets on retrouve un groupe d’activistes qui cherchent à comprendre l’origine des conflits entre les êtres humains et qui souhaitent amener un nouveau modèle de société basé sur des principes de non violence et de coopération entre les différents êtres vivants et la nature.

Très vite il devient évident qu’il faut prendre soin des relations humaines et que celles-ci doivent être placées au centre du travail communautaire puisqu’il est impossible de générer la paix sur Terre aussi longtemps qu’il y aura des conflits dans nos relations quotidiennes et particulièrement entre hommes et femmes. C’est sur cette idée de base que naît le concept de l’amour libre développé par ces deux communautés. Un amour libre de peurs, de la jalousie, basé sur une communication ouverte et honnête.

Le concept de paix ne s’arrête pas seulement à celle entre les êtres humains mais s’étend à notre rapport aux animaux, aux végétaux et à la nature en générale, avec une réflexion globale sur la place et le coopération que nous devons avoir avec celle-ci. Ainsi, depuis Zegg, les membres de la communauté cherchent à acquérir une terre dans le sud avec l’idée de restaurer un écosystème et de mettre en pratique les idées de la permaculture afin de montrer qu’il est possible de redonner vie à des territoires se désertifiant à cause d’une forte exploitation humaine. Cela leur prend plusieurs années avant de trouver ce qui deviendra Tamera.

L’éco village de Tamera est aujourd’hui un centre de recherche au niveau écologique et technique; sociale et spirituel mondialement connue.

Voici la carte du territoire de Tamera représenter par un oiseau, symbole de la liberté.

Tamera_Map_46_56dec957855e1

Founders_of_Tamera_12_56dec951e91d7

Les fondateurs :

Dr. Dieter Duhm : psycho analyste, historien en Art, leader du mouvement des étudiants en Allemagne en 1968, visionnaire et responsable du département des Arts et le le Santé à Tamera.

Sabine Lichtenfels : ambassadrice de la paix, auteure, chercheuse en théologie, responsable de Global Love School et de la recherche spirituelle à Tamera.

L’aspect social et l’amour libre à Tamera :

Les activités communautaire de Tamera sont principalement centrées sur la construction des rapports humains au sein de la communauté dans le désir de vivre une nouvelle forme d’amour, de relation et de sexualité qui permet à chacun d’être vraiment ce qu’il est et d’exprimer son amour. Les relations et la sexualité sont un terrain de recherche et d’expérimentation à Tamera. « Il y aura la paix sur Terre le jour où on arrêtera de faire la guerre en amour ». Selon Tamera le drame de notre société actuelle est celui de l’amour. Notre monde est construit sur des bases de violences, de guerres et de conflits qui nous rendent méfiants, nous empêche d’exprimer notre amour, nous rendent violent et nous fait souffrir. L’humanité souffre d’un manque d’amour. La prise de conscience de ces aspects a poussé les membres de la communauté à porter leurs recherches sur la guérison de nos souffrances et sur comment exprimer l’Entier Amour qui se trouve en nous. Cela passe par le fait de reconnaître nos différentes souffrances et de nous autoriser à aimer. L’Amour ne peut être dirigé seulement envers une personne. Cela ne veut pas dire que nous devons tout le temps avoir plusieurs ou changer de partenaires selon nos désirs, mais de reconnaître qu’en nous nous pouvons avoir diverses attractions et formes d’amours envers plusieurs personnes et que si cela existe en nous, cela existe aussi chez notre partenaire, ce que nous devons accueillir. L’amour libre et le couple ne s’excluent pas l’un de l’autre, au contraire ils se complètent et l’amour libre est vue comme une troisième voie. L’amour libre se base avant tout sur une communication authentique et non violente où chacun est libre d’exprimer ses sentiments et ses besoins, ce qui amène à plus de compréhension et de respect de l’autre. Le support d’une communauté dans cette démarche est très importante puisqu’elle apporte une structure où la confiance et la solidarité peut s’établir.

Pour les fondateurs de Tamera et de Zegg ils semblaient essentiel de pouvoir offrir des espaces communautaires où il est possible de travailler sur ces problématiques, notamment lors du Forum, qui est un outil employé en groupe où chacun est invité à partager ses ressentis devant les autres. Ces Forum sont guidés par un facilitateur, qui aide la personne à reformuler, qui l’oriente dans son cheminement afin qu’elle puisse trouver l’origine de son ressenti et s’en libère. Le facilitateur peut faire appel à d’autres membres du cercle afin qu’ils s’expriment sur la situation.

Ainsi les personnes de Zegg et Tamera expérimentent dans ce domaine, tout en disant que ce n’est pas un chemin facile mais qui amène à plus d’authenticité, de guérison, de paix et de compassion. Pour plus d’informations je vous invite à aller explorer par vous mêmes les différentes ressources que vous trouverez sur leur site web.

L’eau et l’agriculture à Tamera :

L’eau est un élément vivant qui est pris en considération par la communauté.

Eau, source de vie, de purification, réservoir de mémoires…

Au niveau écologique, afin de restaurer l’écosystème très aride de Tamera, des experts paysagistes de la permaculture ont étudié le terrain afin de créer différents bassins de rétention d’eau. De cette manière Tamera a redonné vie à tout un éco-système végétal et animal et possède l’eau nécessaire à l’usage quotidien (douches, vaisselle, lavages…).

Quand il y a perte de végétation et désertification, la terre perd sa capacité d’absorber l’eau et quand il pleut les eaux de pluie lavent les sols au lieu d’y entrer. La création de bassins, placés aux bons endroits, permettent progressivement de collecter les eaux de pluie et ainsi la création de lacs où petit à petit autour la végétation pousse et permet de retenir de nouveau l’eau. Il devient alors possible de planter des arbres et de cultiver afin de fournir une partie de l’alimentation aux habitants locaux.

Vous pouvez voir sur la photo qui suit la différence dans le paysage au début de Tamera et aujourd’hui.

Before_and_after_Lake1_19_56dec95344202

A Tamera, bien sûr, vous ne trouverez que des toilettes sèches, puisque l’eau étant précieuse est utilisée là où elle est nécessaire et que le compost des toilettes peut être valorisé et utilisé en tant que fertilisant pour la terre.

Ci dessous, la photo de toilettes sèches au campus :

SAM_1684

L’éducation à Tamera :

L’éducation est un aspect très important à Tamera.

Le Global Campus et L’École Terra Nova:

Tamera est un campus pour tous, où différents membres de la communauté proposent des cours en rapport avec la permaculture, l’amour libre, les énergies renouvelables… Ces mêmes cours sont aussi proposés à l’extérieur afin de faire connaître les idéaux de la communauté et de faire naître de nouvelles initiatives.

Escola da Esperança :

Les enfants qui incarnent la nouvelle génération sont éduqués selon des pédagogies nouvelles.

escola

Une des particularités à Tamera concerne le fait que les enfants vivent ensemble sur un même territoire, avec des éducateurs. A partir de 6 ans, les enfants peuvent, s’ils le désirent, intégrer le campus des enfants où ils vivent en collectif et où l’éducation est quotidienne. Ils peuvent rendent visite à leurs parents quand ils le désirent et les parents peuvent faire de même.

L’école de Tamera est très active au niveau politique en faveur de la paix, et souvent les enfants organisent des séjours/échanges à l’étranger afin de partager avec d’autres écoles ou groupes d’enfants vivant des situations quotidiennes très différentes des leurs.

https://www.youtube.com/watch?v=XDerGT5wskU

Une recherche d’autosuffisance :

SAM_1736

L’autosuffisance alimentaire s’exprime tout d’abord par une volonté de produire au sein de la communauté les aliments consommés. Le production agricole est grande même si elle ne couvre pas tous les besoins de la communauté et de l’accueil de visiteurs.

Une expérience intéressante a été réalisée au centre solaire où pendant une période ils ont essayé de nourrir 60 personnes avec que des produits locaux. L’énergie utilisée pour la cuisine était entièrement solaire et à base de biogaz produit sur place. Cette expérience leur à permis d’être créatif dans l’utilisation d’herbes aromatiques afin de créer de nouvelles recettes savoureuses! Ce qui est aussi intéressant avec cette expérience et qu’ils ont aussi explorés leurs besoins, par exemple à savoir à quel moment de la journée ou en rapport à quelles situations ils avaient des envies de chocolats, de sucre, de café et autres aliments pour lesquels nous pouvons avoir un rapport émotionnel.

Photo de l’efficacité du cuiseur solaire de la Solar Kitchen, centre d’expérimentation de l’autosuffisance alimentaire.

 

La construction et le projet PIER :

A Tamera il est possible de voir différents types de constructions en dures et légères, allant de la caravane, à la yourte en passant par les maisons et bâtiments en terre/paille/ossature bois.

Seulement, depuis quelques années la communauté est bloquée dans la construction de nouvelles habitations par le gouvernement Portugais. Pour surmonter ce problème, Tamera a décidé de proposer un nouveau modèle de législation au gouvernement en ce qui concerne la création d’infrastructures naturelles qui préservent l’environnement à la différence d’une construction responsable de pollutions diverses. C’est le PIER projet (Plano de Intervenção em Espaço Rural). Si cette démarche se réalise, ceci pourrai être un exemple pour de nombreux autres éco villages qui sont confrontés à ces mêmes problématiques.

L’organisation financière :

Est basée sur la confiance, la transparence, le support mutuel et la participation responsable. La communauté est régulièrement informé des besoins et les décisions sont prises en commun lors d’assemblée.

Il y a les investissements privés, qui peuvent concerner une personne ou un petit groupe souhaitant mettre en place un projet, et il y a les projets collectifs de la communauté.

L’objectif de Tamera serait de pouvoir subvenir aux besoins de tous ces membres, sauf que comme ce n’est pas encore possible, de nombreuses personnes partent pendant l’hiver travailler afin d’avoir les ressources financières pour développer les projets de la communauté et subvenir à leurs besoins. Les décisions de qui part travailler sont souvent pris par tous, sur la base du volontariat. En effet certaines personnes peuvent avoir besoin de rester toute l’année sur place et d’autres ont la possibilité d’avoir un travail à l’intérieur ou à l’extérieur de la communauté. La plupart des membres sont des co-workers, c’est-à-dire des personnes qui travaillent pour la communauté en échange d’un logement, de la nourriture et d’un petit revenu.

Tamera permet de couvrir la plus grande partie de ses dépenses par les visiteurs, les cours et la vente de livres, mais aussi grâce à des cercles de donations et les prêts offert par des amis de la communauté.

Les infrastructures, les entreprises et associations de Tamera sont gérées de manière coopérative.

Projet d’herbes médicinales et culinaires :

SAM_1717

 Magasin de vêtements d’occasions et de recyclage de tissus :

Le centre culturel : lieu de rencontre, bar, jeux, soirées à thèmes autour du jeu, rien de mieux pour terminer la journée!

Travailler ensemble dans la joie et la connexion pour plus de plus grands résultats.

Le grand hall de Tamera : une construction ossature bois, paille et terre qui peut accueillir des centaines de personnes.

Le cercle de pierre : lieu de méditation et de contact avec les forces de la nature.

Stone_Circle_of_Tamera_61_56dec959c7d12

Pour plus d’informations et pour visiter cet éco village rdv sur le site web :

https://www.tamera.org/

SAM_1727

Publicités

Damanhur, Italie.

Le peuple spirituel de Damanhur.

Federazione di Damanhhur

10080 Baldissero canavese

Italia

Idéologie commune : spiritualité

Revenu : partagé et indépendant.

Damanhur, fondé en 1975, est une fédération de communautés avec sa propre organisation sociale et politique en constante évolution. Elle est située dans la vallée de Valchiusella, dans le nord de l’Italie, près d’Ivréa, entre Turin et Milan et compte 1 000 citoyens.

Damanhur, qui veut dire « cité de la lumière, de la connaissance »,  est avant tout une communauté spirituelle basée sur les enseignements de Falco (Oberto Airaudi), un des fondateurs du lieu.

Damanhur se définit comme : « un centre de recherche spirituel, artistique et social. Sa philosophie est basée sur l’action, sur l’optimisme et sur l’idée que chaque être humain vit pour laisser quelque chose de lui-même aux autres et contribuer ainsi à la croissance et à l’évolution de l’humanité entière. »

Damanhur est une nouvelle civilisation avec son propre peuple, sa propre philosophie, spiritualité, monnaie, histoire et culture.

Damanhur cherche à proposer un nouveau model de société où le rêve est possible à réaliser basé sur l’évolution personnelle et la recherche à reveiller l’étincelle divine présente en chaque être humain, la valorisation des différences entre les individus, la solidarité et le partage, la pensée positive, la gentillesse, le respect et la communication avec les différents reignes (animal, végétal, minéral…). A Damanhur le mot « impossible » n’existe pas, les rêves les plus fous sont ceux qui les intéressent le plus car ils permettent de dépasser les limites, d’inventer et de créer! A Damanhur les personnes veulent montrer qu’il est possible de créer un monde nouveau et s’engagent dans une démarche d’éveil des consciences et de recherche.

Les Damanhuriens se comptent autour de 1 000. Pour être citoyens il faut adhérer à la constitution et soutenir le dévelopement de Damanhur. Tous ne fond pas le choix d’habiter sur place pour des raisons professionnelles ou personnelles. Ainsi Damanhur propose différentes formes de citoyenté allant de A à D, les A ayant fait le choix de l’engagement le plus profond. Environ 350 personnes sont citoyens A et vivent dans différentes commaunautés. Il y a environs 30 communautés répartis dans différents lieux allant de quelques personnes à plus de 30. Les installations de la Fédération dans la région s’étendent sur plus de 500 hectares de terrains qui incluent des bois, des zones cultivées, des zones résidentielles et une centaine d’habitations privées, des ateliers artistiques, artisanaux, des entreprises et des fermes. Damanhur a aussi des centres en Italie, en Europe et au Japon et collabore avec des groupes spirituels et communautaires dans le monde entier.

Un apperçu de la Constitution de Damanhur (15 points):

« 1) Les citoyens sont, entre eux, des frères qui s’aident réciproquement à travers la confiance, le respect, la clarté, l’acceptation, la solidarité, la transformation intérieure continue. Chacun s’engage à offrir aux autres de nouvelles chances. 2) Chaque citoyen s’engage a répandre des pensées positives et harmonieuses et à diriger chaque action et pensée vers la croissance spirituelle en faisant passer l’idéale avant l’intérêt personnel. Chacun est responsable et conscient de chacun de ses actes, socialement et spirituellement, sachant que ceux-ci sont multipliés et reflétés sur le monde par l’intermédiaire des Lignes Synchroniques. 3) Par la vie communautaire se poursuit la formation des individus dont les rapports réciproques sont réglés par la Connaissance et la Conscience. Les règles fondamentales de vie sont le bon sens, penser positivement des autres, la gentillesse, l’humour, l’optimisme, l’accueil et la valorisation des diversités. Le contrôle de soi, la pureté et la maturité dans les choix sont des capacités requises à chaque citoyen. … »

Ce qui unis les Damanhuriens c’est un engagegent spirituel profond dont le but est d’aider l’Humanité. Dans la philosophie Damanhurienne on parle de « Lignes Synchroniques » qui sont des rivières d’énergies connectant les différents mondes où il y a une forme de vie. Ces lignes circulant sur la Terre se croisent à certains endroits ce qui créait des points énergétiques important. Damanhur a choisit de s’installer à un de ces points et d’y bâtir son Temple. Dans ces Lignes Synchroniques on peut envoyer des pensées, des rêves, des informations… Outre travailler d’un point de vu matériel et physique pour le bien de l’Humanité les Damanhuriens travaillent à protéger et à envoyer des pensées et des informations positives sur ces Lignes.

Damanhur est construit autour des Temples de l’Humanité. Cet ensemble complexe de Temples encore en construction sont très important pour le peuple et sa mission. Il s’agit d’une œuvre d’art souterraine, entièrement réalisée à la main et dédiée à la nature divine de l’Humanité. L’histoire de l’humanité y est présentée et ils sont dédiés aux différentes Divinités et éléments. Ces Temples sont là pour éveiller notre nature divine et pour entrer en communication avec les Forces lors de différentes cérémonies.

L’organisation de Damanhur se rejoind autour de 4 pilliers :

– l’école de médiation : école de pensée et de connaissances ésothériques. Les Damanhuriens suivent ce chemin spirituel qui s’exprime dans la vie de tous les jours par différents rituels et surtout par l’action.

– le jeu de la vie : ce mouvement est né pour briser les routines et les habitudes. Parce que Damanhur se veut être en éternel évolution, réactif et dynamique, « le jeu de la vie » est là pour favoriser le renouveau et la création à travers différentes compétitions, exercices de survie, jeux et voyages. « Le jeu de la vie » permet d’être confronté à ses propres limites et à celles des autres. De se découvrir des comportements et des habilités, de dépasser des peurs et des habitudes. Ce pillier rend Damanhur très vivant et apporte beaucoup de changement.

– tecnarcato : chemin permettant une transformation intérieur. « On change pour s’améliorer et, en conséquence, pour changer la société entière. C’est un parcours qui porte à mettre en lumière ses propres qualités en arrondissant les aspérités du caractère par le changement, l’introspection et l’application d’une discipline individuelle choisie. »

– structure sociale : Damanhur est une fédération de communautés gérée par différents représentants. A la tête il y a les « Rois/Guides » qu’on compte au nombre de 3 et qui sont (ré)élus tous les 6 mois. Ils sont les garants de la Constitution et de la mise en place des projets de Damanhur. Les communautés de Damanhur, s’appellent des « nucléos » et le représentant du nucléo est le « captain nucléo » : capitaine. Les nucléos sont organisés en régions et ces régions ont un représentant que l’on nome « capo »: chef ! Ces derniers sont en relations avec les « Rois/Guides » et font le lien avec les « captains nucléo » qui eux retransmettent les informations aux différents membres. Ce système permet une bonne transmission de l’informations. Les décisions sont prises à la majorité même si il y a une recherche du consensus. Damanhur possède aussi un « Collège de Justice » qui permet de regler les conflits.

A Damanhur, plusieurs lieux, plusieurs activités, plusieurs projets :

Damanhur est étalé dans la vallée. Il y a une heure de route entre le nucléo « Porta della Luna » le plus au nord et « Rimara » au sud. Au centre on va trouver deux lieux publics de rencontre, de travail et d’accueil  : « Damanhur Crea » et « Damanhur Damjl ». Ces centres Damanhurians hébergent différentes activités professionnelles, associations, laboratoires, ateliers, bureaux, médecins, restaurants, magasins, salles de rencontre…

Exemple d’activités à Damanhur Crea : coiffeur, café-restaurant, Tentaty : magasin d’alimentation biologique, bijouteries Selfique, Solera : entreprise de pose de panneaux solaire, Edilarca : entreprise de construction écologique, centre médical, ateliers d’artisanat et artistique de mosaïque, de restauration, de peintre, de céramique…

Exemple d’activité à Damanhur Damijl : café, université, écoles, atelier de confection de vêtements, magasin de vêtements de seconde main, QDQ : magazin hebdomadaire de Damanhur, bibiothèque, centre médical, chambres d’hôtel…

Et aussi on trouvera à Damjl Le Temple Ouvert, lieu spirituel de rencontre et de célébration de différentes cérémonies comme celles de la pleine lune (oracle), des solstices et équinoxes…

A Damanhur, l’art est présent partout sous différentes formes (peintures, scultures, constructions, mosaïques…)

MIL : l’Association de Maisons de Damahur qui gère les lieux : tous les lieux publics ainsi que les maisons dans lesquelles vivent les citoyens appartiennent à des coopératives immobilières qui sont gérées par l’association MIL de Damanhur.

Organisation financiaire : pour vivre à Damanhur il faut être indépendant financiairement. Tous les mois les citoyens de Damahur paient une certaine somme  qui contient 2 parties : une pour leur nucléo et une pour le maintien et le développement de Damanhur. Celle donnée au nucléo permet de payer le loyer de leur logement, leur nouriture et les charges liées à leur nucléo. Celle demandée par Damanhur sert à payer les personnes d’utilités publiques (personnes travaillant pour l’entretien des lieux publics, instituteurs…), les écoles, les rénovations ou constructions public, la construction des Temples, les différents secteurs de recherches…

Crédito : la monnaie interne de Damanhur permettant de favoriser les échanges à l’intérieur même de l’eco-village.

Une fois par mois les Damanhuriens organisent un marché ouvert à tous où chacun vend ses produits maison! Un moment très convivial où la musique et diverses présentations se mêlent au marché!

Et dans les nucléos, comment ça se passe?

Donc à Damanhur les citoyens vivent dans différents nucléos. Ces habitats sont bien souvent de grandes maisons. Chacun à son espace privé et partage SDB, salon, cuisine. Les repas sont pris en commun. Tous les matins et après midi il y a une personne chargée d’entretenir la maison et de préparer le repas. Les habitants doivent donner un certain nombres d’heures par semaine au nucléo sinon ils peuvent payer quelqu’un. Le dimanche matin tous le monde s’activent et travaillent ensemble au sein du nucléo. Chaque nucléo a un projet spécifique : recherche d’autosuffisance, un style de vie particulier, accueil et relation avec l’extérieur…

Voici quelques nucléos :

MAGILA : nucléo qui fait des recherches et différentes expérimentations au niveau de l’énergie, notament le solaire. Vous pouvez voir sur la photo un gros capteur solaire.

AVAL : cette grande maison est un exemple de construction bio-climatique à énergie positive (c’est à dire qu’elle produit plus qu’elle n’en consomme). Elle possède un puis canadien, de nombreux panneaux solaire, un système de fabrication de gaz à partir d’algues. Aval accueil aussi des hôtes en Bed&Breakfast.

ARBORICULO : dans ce lieu les personnes expérimentent la vie dans les arbres.

MILTE : ici vivent les adolescents et les jeunes adultes de Damanhur.

TIN: qui s’occupe d’entretenir la fôret sacrée et cherche l’autosuffisance alimentaire.

DAMIJL VELJ : ce nucléo chargé de l’hospitalité se transforme en pizzéria plusieurs fois par semaine.

PRIMA STALLA : centre de production agricole et agro-tourisme.

DENDERA : chargée d’accueillir des hôtes et des relations internationel notament avec les autres communautés dans le monde.

Repas du soir à CIBELE.

Falco, un des fondateurs et guide spirituel de Damanhur :

Falco (Oberto Airaudi) à l’origine de l’idée de Damanhur est considéré comme une personne éclairée par beaucoup. Il n’est ni à la tête, ni leader de Damanhur mais plus considéré comme un maître spirituel pour le peuple. Les invités et les Damanhuriens peuvent lui poser des questions le jeudi et vendredi soir lors de rencontres appelées « Serata ».

Les écoles : les enfants peuvent être scolarisés du jardin d’enfants à la fin du collège dans les écoles de Damanhur qui sont reconnues par le gouvernement Italien mais proposent des méthodes alternatives d’enseignements et offrent la posibilité aux enfants de faire de nombreux voyages scolaires et de se découvrir dans divers loisirs sportifs, musicaux et artistiques. Damanhur propose ensuite une université « Olami » qui offre différents cours dans le domaine de la santé, massage, dance, physique ésotérique…

Les terrains de recherche : à Damanhur la recherche est importante afin de démontrer leurs pensées et de proposer des alternatives. Elle est très présente et touche de nombreux domaines.Voici quelques exemples : musique avec les plantes, faire pousser de la viande, santé, Selfique, algue pour produir du gaz, construction, lignes synchroniques, solaire…

Autosuffisance et écologie:  Il est assez difficile de d’évaluer l’autosuffisance d’un éco-village puisque celle-ci varie constament mais Damanhur se dit être autour de 60% au moment de l’écriture de cet article (2012). Beaucoup de nucléos produissent leurs légumes et de la viande. Prima Stalla fourni le reste. Damanhur travail à être de plus en plus autosuffisant. Au niveau de l’énergie on va trouver essentiellement du solaire et la particularité de Damanhur c’est de produire du gaz à partir d’algue. L’écologie est très présente à Damanhur mais n’est pas toujours une priorité.

Damanhur, un lieu d’actions collectives :

Outre participer au maintien et aux projets de leur nucléo les citoyens participent aussi activement aux ambitions de Damanhur et à son expension. La mise en place de ce rêve collectif demande beaucoup d’énergie et les Damanhuriens ne restent pas les deux pieds dans le même sabot! Ils donnent beaucoup de leur temps à travers le volontaria (ou travaill dévotionel) à l’intérêt commun. A Damanhur l’intérêt commun passe avant l’intérêt personnel.

Pour aller plus loin : www.damanhur.fr et www.damanhur.org

Article sur les Temples de l’Humanité publié par le figaro : http://www.lefigaro.fr/international/2013/02/08/01003-20130208ARTFIG00462-damanhur-le-temple-fou-de-tous-les-dieux.php

Auroville, Inde

Auroville

Pondichéry

Indie

idéologie : spiritualité, écologie.

revenu : partagé et indépendant.

Partant d’un rêve, le projet de cet immence éco village à commencer en 1968 et est toujours en expension. Auroville, situé à 10km au nord de Pondichéry à été créé par une française : Minra Alfassa, connue sous le nom de la mère, compagne spirituelle de Sri Aurobindo, guide spirituel Indien ayant son Ashram à Pondichéry. Auroville se veut être  » le lieu d’un vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix dans une parfaite harmonie, au délà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités ». Aujourd’hui elle compte environ 2 000 citoyens mais a l’embition d’accueillir 50 000 personnes. Auroville s’étant sur des kilomètres!

« le rêve » :

« Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; un lieu de paix, de concorde, d’harmonie, où tous les instincts guerriers de l’homme seraient utilisés exclusivement pour vaincre les causes de ses souffrances et de ses misères, pour surmonter ses faiblesses et ses ignorances, pour triompher de ses limitations et de ses incapacités ; un lieu où les besoins de l’esprit et le souci du progrès primeraient la satisfaction des désirs et des passions, la recherche des plaisirs et de la jouissance matérielle.

Dans cet endroit, les enfants pourraient croître et se développer intégralement sans perdre le contact avec leur âme ; l’instruction serait donnée, non en vue de passer des examens ou d’obtenir des certificats et des postes, mais pour enrichir les facultés existantes et en faire naître de nouvelles. Les titres et les situations seraient remplacés par des occasions de servir et d’organiser; il y serait pourvu aux besoins du corps également pour tous, et la supériorité intellectuelle, morale et spirituelle se traduirait dans l’organisation générale, non par une augmentation des plaisirs et des pouvoirs de la vie, mais par un accroissement des devoirs et des responsabilités.

La beauté sous toutes ses formes artistiques, peinture, sculpture, musique, littérature, serait accessible à tous également – la faculté de participer aux joies qu’elle donne étant limitée uniquement par la capacité de chacun et non par la position sociale ou financière.

Car dans ce lieu idéal, l’argent ne serait plus le souverain seigneur ; la valeur individuelle aurait une importance très supérieure à celle des richesses matérielles et de la position sociale. Le travail n’y serait pas le moyen de gagner sa vie, mais le moyen de s’exprimer et de développer ses capacités et ses possibilités, tout en rendant service à l’ensemble du groupe qui, de son côté, pourvoirait aux besoins de l’existence et au cadre d’action de chacun.

En résumé, ce serait un endroit où les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement basées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. »

Suite à l’annonce de ce « rêve », plusieurs personnes de différentes nationalités ont décidé de se lancer dans l’aventure folle de construire une nouvelle cité en partant de rien. Les aurovilliens ont réussit à transformer en plus de 40 ans ce desert stéril en une jungle luxuriante remplie d’habitations en tous genres.

Auroville est construit autour du Matrimandir : monument central et centre de méditation. La ville s’étend en spirale s’impirant de la forme d’une galaxie. En 1988, le gouvernement indien a accordé un statut unique à ce lieu. Depuis Auroville bénéficie d’une liberté d’action unique, par exemple la police indienne n’a pas le droit d’intervenir sans la demande des aurovilliens.

La charte d’Auroville:

1. Auroville n’appartient à personne en particulier. Auroville appartient à toute l’Humanité dans son ensemble. Mais pour séjourner à Auroville, il faut être le serviteur volontaire de la Conscience Divine.
2. Auroville sera le lieu de l’éducation perpétuelle, du progrès constant, et d’une jeunesse qui ne vieillit point.
3. Auroville veut être le pont entre le passé et l’avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s’élancer vers les réalisations futures.
4. Auroville sera le lieu des recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète..

La plupart des citoyens aurovilliens sont indiens et français. Chacun est libre de vivre comme il l’entend du moment qu’il respecte la charte et le réglement intérieur, par exemple il est interdit de boire de l’alcool sur les territoires aurovilliens.

Nous retrouvons une connotation spirituel dans la charte d’Auroville. Mais même si les aurovilliens le retrouvent autour d’idées spirituel et construissent un momument dédié à la méditation, la pratique de la spiritualité est libre à chacun.

Fonctionnement intérieur :

Auroville est un éco village, c’est à dire que c’est un lieu qui cherche à mettre en place un système équilibré entre les besoins de ces habitants et les ressources naturelles présentent sur le lieu en tendant vers l’autosuffisance à tous les niveaux. Les éco-villages cherchent à proposer un modèle économique alternatif qui est basé sur des échanges internes. Auroville est un beau modèle d’éco-village car il présente une population diverse, une grande diversité d’activités et le taux d’autosuffisance (alimentaire et énergétique) trés élevé.

Auroville a réussit à créer une nouvelle agglomération. Quand on arrive à Auroville on trouve le « welcome center », lieu d’acceuil et d’oriention qui présente le lieu et les diverses activités que l’on peut trouver. Il est possible d’y séjourner en tant que touriste ou volontaire dans différents lieux selon ce qu’on est venu chercher. On va aussi y trouver un restaurant et différents magasins proposant les produits d’Auroville. A Auroville il y a de nombreux lieux publics comme le centre administratif, la bibiothèque, un cyber-café, les différentes cantines, le centre culturel où sont proposés spéctacles, films, conférences tout au long de l’année… Ces lieux favorisent les intéractions sociales entre les citoyens. Auroville dispose aussi de différentes écoles pour les enfants d’Auroville et des villages indiens avoisinant. Il est possible de faire ses courses dans différentes supérettes dispersées dans Auroville où la plupart des produits vendu sont fabriqué par des aurovilliens.

En interne Auroville fonctionne comme une ville « classique ». Il y a des personnes qui travaillent pour la cité : qui sont  « d’utilités publiques » comme les instituteurs, les médecins, les employés de l’administration et ceux qui sont « indépendants » et qui ont créé des entreprises. Ceux qui ont des entreprises paient des taxes qui servent au maintient du lieu et à payer les personnes « d’utilités publiques ».

Décisions : à Auroville les décisions sont prises à l’unaminité. Les aurovilliens se réunissent régulièrement pour discuter de leurs projets.

Auroville s’organise en 5 zones :

– internationalle

– culturelle

– industrielle

– résidencielle

– ceinture verte : poumon d’Auroville

L’habitat :

Ce qui est intéressant dans ce lieu c’est qu’on va trouver différents modes de vie. Il y a des personnes qui vivent seules dans des grandes maisons, d’autres dans des hutes, d’autres en communautés, d’autres en habitats groupés. Il y en a pour tous les goûts. Les Aurovilliens s’organisent selon leurs affinités. On va ainsi trouver des communautés qui se retrouvent autour d’activités comme le yoga, l’art, la permaculture ou par rapport à un choix alimentaire comme le veganisme. Certaines peuvent avoir des projets en commun comme le reboissement ou l’accueil de touristes. On peut être choqué par la grande disparité qu’il y a entre certaines luxurieuses résidences et de simples cabanes surtout dans un pays comme l’Inde où il y a une grande pauvreté mais chacun est libre de choisir comment il souhaite vivre et Auroville cherche à promouvoir l’idée d’être « unis dans la diversité ».

Actuellement, quand on construit quelque chose à Auroville, même si cela se fait avec son propre argent, c’est la propriété d’Auroville. Si un jour on décide de partir on ne peut pas récupérer son bien, cela devient la propriété d’Auroville. Lors de ma visite, j’ai entendu parlé que Auroville était peut être en train de réfléchir à changer se statut car cela pose certains problèmes notament en ce qui concerne l’héritage.

A Auroville l’éducation, l’écologie, la recherche, l’artisanat et la santé tiennent une place très importante. De nombreuses recherches sont faites dans ce sens notament en terme d’agriculture, d’énergies, de purification et énergétisation de l’eau, de construction…

L’écologie : très présente à Auroville elle s’exprime à travers les énergies renouvellables, la construction écologique, l’agriculture biologique, le reboissement, la gestion de l’eau, la limitation, le trie et la gestion des déchets. Les auroviliens interviennent aussi dans les villages avoisinant pour ramasser les plastiques malheureusement trop présent dans les rues et sensibiliser à lécologie.

Ci contre vous pouvez voir des photos de la cuisine solaire, la cantine d’Auroville qui fonctionne grâce à un énorme capteur solaire.

La construction : à Auroville on trouve une grandes diversités d’architecture qui correspond aussi à différentes époques historique. Les aurovilliens font beaucoup de recherches dans ce domaine et ils ont conçu une machine manuelle fabricant des briques à base de terre crue et de 10% de ciment permettant de réaliser de grands projets architecturaux de façon écologique et rapide. On retrouve un peu partout ce type de construction permettant de réaliser diverses formes nottament des voûtes.

La santé : Alors que beaucoup de médecines alternatives sont accessibles à tous
(homéopathie, énergétique, médecine ayurvedique (médecine traditionnelle indienne), etc..), la médecine allopathique est basique à Auroville.

L’eau : Auroville a mis au point un système de purification et d’énergétisation de l’eau. De nombreux indiens des villages avoisinant viennent ainsi se fournir à la fontaine mise à disposition à l’entrée d’Auroville. Un centre de recherche poursuit des études sur la mémoire de l’eau.

L’éducation : Auroville se veut être un lieu d’éducation perpetuelle pour tous. Les enfants dénéficient d’une éducation à l’école d’Auroville leur permettant de favoriser le développement de leur expression personnelle tout en mettant l’accent sur le respect des autres et de l’environnement.

Artisanat : Auroville cherche à promouvoir l’artisanat et à concerver certains savoir faire traditionnel. Auroville propose une grande diversité d’artisanat qui est vendu sur place et exporté en inde et à l’étranger comme la céramique, le cuir, la fabrication d’encens, de papier, de vêtements, de savons…

Les entreprises : de nombreux aurovilliens ont monté des entreprises que se soit dans la construction, dans les énergies renouvellable, la mode ou dans la production alimentaire (pain, biscuits, spiruline, boissons…).

L’économie : Auroville cherche à limiter les échanges financiers. Ici, il est possible de payer dans de nombreux lieux en donnant simplement son numéro et signer. L’argent sera ensuite prélevé directement sur un compte. Les citoyens sont encourragés à contribuer en fonction de leurs possibilités financiaire au developpement d’Auroville à travers des donnations.

Auroville vit beaucoup du tourisme et de l’organisation de séminaires.

ONG : beaucoup d’aurovilliens sont investis dans des organisations non gouvernemental ou association intervenant en Inde et venant en aide aux plus diminis notament dans le domaine de la santé , de l’éducation, de l’écologie…

Pour plus d’information sur Auroville : www.auroville.org

 

Eourres : villages d’alternatives! France.

Le village

05300 Eourres

France

idéologie commune : écologie

revenu : indépendant

Eourres est un village alternatif de 140 habitants perché à 1000m d’altidude dans les Alpes de Hautes provence où il fait bon vivre! Abandonné par ces habitants, en grande partie en ruine, les maisons ont été racheté dans les années 70 par un groupe de personnes afin d’y bâtir une communauté. Aujourd’hui la communauté n’existe plus mais il y reigne encore un certain esprit de solidarité et la plupart des habitants sont concernés par la question de l’écologie.

Eourres est un lieu où de nombreuses alternatives sont proposées : des agriculteurs et éleveurs bio, une photo épuration communale, une école Steiner pour la maternelle et la primaire, une biocoop ou faire ses courses, des jardins partagés pour faire pousser ses légumes, des centres de formations…

Les habitants se retrouvent une fois par mois autour d’une « réunion de village » pour discuter de sujets concernant le village et prendre des décisions. Parfois les villageois s’investissent ensemble pour des travaux collectifs. Ici, tout le monde ne prend pas seulement soin de son petit chez soi mais aussi de la rue où il vit.

Eourres reste un village comme les autres. Même si la plupart de ces habitants sont concernés par la question de l’écologie n’importe qui peut décider de venir vivre ici ce qui en fait parfois sa faiblesse. Ainsi une personne qui veut utiliser du Roundup dans son jardin peut malheureusement le faire! Un autre problème rencontré est que les maisons qui sont à vendre sont bien souvent achetées en tant que résidences sécondaires et beaucoup trop de logements sont très peu occupés alors que certaines personnes souhaitant vivre à l’année et monter des projets rencontrent des difficultés à trouver des logements à louer.

A l’entrée du village, vous trouverez un tableau avec les propositions de covoiturage et les infos que les villageois souhaitent faire passer.

Les 2 alternatives qui m’ont touché à Eourres :

les réalisations proposées par l’association « sens et autonomie », notament le greffage de plus d’une centaine d’arbres dans tout le village. Imaginez dans 10 ans, quand tous ces arbres donneront plein de fruits. Il n’y aura plus qu’à ce ballader dans le village pour faire ces courses!!!

la confiance accordée par les mârechers : ils mettent à disposition 24/24h les légumes dans un bâtiment. Avant de préparer le repas il suffit d’aller choisir ce dont on a besoin, de peser soi même et de notter sur la feuille qui correspond à notre nom ce qu’on a pris. On reçoit ensuite la facture à la fin du mois.

A Eourres on voit les enfants jouer ensemble dans les rues sans la surveillance de leurs parents, les habitants vous sourient et vous disent bonjour quand ils vous croisent et les les discutions tournent vite autour du devenir du village.

Eourres est loin de tout, la première ville est à 40 minutes en voiture et il peut être difficile de se déplacer surtout en hivers quand la neige recouvre les routes. Pour vivre ici il est préférable de développer sa propre activité professionnelle sur place. Vous pouvez vous rendre sur leur site : http://www.eourres.fr/